Pointe Sèche

de Johan Grzelczyk

 

ériger les arbres
réfléchir le ciel doucement

 

une pointe sèche ça gratte
ça grogne sur le métal grommelle
creuse ferraille
c’est pas qu’une simple imprégnation faut que ça écharde c’est pas comme avec un feutre
tu le poses sur ta feuille blanche et tu coules dessus tu écoules dessus une impression tu lèches le papier tu baves dessus mais
la pointe sèche
c’est différent
en gravure
ça veine un sillon ça nerve
ça fait des fleuves vides
ça prodigue
du limon

 

apaiser la terre
la rapiécer d’espaces libres
s’y tenir
tenir droit
se maintenir

 

mettre tous les verbes des poèmes
à l’infinitif
un infinitif
ne s’épanche pas
et c’est simple à comprendre c’est lié au fait 100% scientifique (j’ai fait des études) qu’un
infinitif c’est non-émotionnel
exemple
« apaiser la terre » vs « apaisons la terre »
le premier n’implique pas que t’y mettes du tien
pas de louche d’affects
pas de sujet transvasé transplanté
y’a pas de personne y’a pas de temps
y’a pas de moi
(on va dire ça comme ça)
et c’est un peu la pointe sèche
pas un épanchement émotionnel d’aquarelle
plutôt
de l’épluchage
(bien sûr il y a de l’émotion dans la gravure)
(et alors ? on a bien le droit de simplifier pour les besoins du raisonnement ?)
(non mais)

 

tomber la ville
creuser ses vides
l’emplir d’errances

 

alors c’est sec
alors c’est doux
alors c’est coriace
alors c’est en l’air
alors c’est caillouteux
alors c’est sinueux
alors c’est cérébral
alors c’est généreux
alors c’est limpide
il est question de produire du « déchet » autour des infinitifs
(de l’alluvion)
oui parce que le creux fait ses bourrelets
et donc les mots fleurissent comme
des patates on va dire


toucher au but incertain
construire les ruines

infester
gravir
pousser la lutte jusqu’à autrui

recouvrir
le débattre
ne plus quêter sa survie

 

les poèmes se finissent
comme une pierre qui tombe de la poche
ils s’en vont rejoindre un chemin
qu’on vient
de battre en brèche
ce qu’il y a partout chez Johan Grzelczyk
des petites brèches
ouvertes
qui craquent comme des allumettes

 

(Johan Grzelczyk, « Pointe sèche », éditions Pariah, 2020, https://pariahpropagande.bigcartel.com/products)

PS : je mets 10/10 pour la couverture du livre, noire comme du pain brûlé, mais plus nourrissante.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *